Billet n°15 : Du 27 aout au 3 octobre : LISBONNE

Billet n°15 : Du 27 aout au 3 octobre : LISBONNE

Valérie

Au départ, Lisbonne devait être une escale d’une quinzaine de jours, afin de faire réparer les bossoirs, remplacer la latte, de réceptionner la nouvelle annexe, plus la liste du CNED du capitaine et de visiter Lisbonne bien sûr. Au final, un retour imprévu en France pour des raisons familiales et professionnelles, nous rallonge l’escale portugaise à un mois. Et oui, nous avons tous des em… , et puis là des grosses. L’important c’est de pouvoir re partir.

Parlons de cette magnifique ville. Lisbonne se trouve sur la rive droite de l’estuaire du Tage, la marina dans laquelle nous sommes est dans le quartier du parc des expositions qui date de 1998, cette exposition commémorait les 500 ans du voyage mythique de Vasco de Gama. C’est le petit bonhomme qui a découvert les Indes lors de son périple 1497- 1498. De cette période le Portugal est devenu « la Nation » qui a le plus découvert de territoires. Pour cette circonstance, Lisbonne avait décidé de se moderniser avec le « parc des nations » proche de la marina « parque das naçoes ». Dans cet optique, tout a été fait pour mettre en avant l’aménagement urbain : des espaces vastes et ouverts sur le fleuve, dédiés aux piétons, aux vélos …

Au milieu de tout ça, et tout en cohérence, ont été mise les attractions de l’expo 1998, comme point d’orgue l’océarium a été construit au milieu. Nous l’avons visité, conçu autour d’un bassin central, contenant l’équivalent de 4 piscines olympiques, il contient en même temps : requins, raies, tortues, poisson lune, etc. On peut voir le tout sur 2 étages. De plus 4 autres aquariums restituent 4 régions océaniques du globe : l’Atlantique des Acores, le Pacifique, l’Océan indien et l’Antarctique. On y passe la journée avec les enfants qui découvrent ce qu’ils pourront voir en vrai d’ici à quelques mois.

Une autre attraction est le pavillon de la connaissance, il est dédié à la science et à la connaissance, les enfants peuvent y voir et y faire des tas de manipulations très bien faites concernant plein de domaine comme les phénomènes météo, la mécanique, l’électricité, la gravité, les illusions d’optique… C’est le musée que les enfants ont préféré.

A l’extérieur, les « Jardin de Agua » mettent en scène l’élément liquide, toutes sortes de d’expérience à base d’eau, on y passera pas mal de temps à tout tester et à se rafraichir aussi ! Il y a aussi le Jardin des ondes. Il s’agit de la mise en scène des vagues mais sur un terrain modelé et semé de pelouse. Nous l’avons trouvé très réussi.

Le pont Vasco de Gama, tout proche, surplombe les flots, il est impressionnant avec ses 17 km de long.

Mais Lisbonne, c’est aussi de nombreux quartiers. Nous nous sommes arrêtés sur celui de Belém, tout à l’opposé. « Belém » signifie Bethléem en Français. Ce quartier comprend lui aussi pas mal de musées, comme celui de la marine et celui des carrosses, les deux sont sympas à visiter, celui des carrosses expose plusieurs dizaines de carrosses royaux, coches, berlines du XVI au XIX siècle, tous très joliment décorés, intéressant à voir, on est transporté dans le temps ! Nous y avons découvert, excusez notre inculture, que la partie centrale du carrosse, celle ou les passagers prenaient place était suspendue en l’air. Les premières suspensions de l’époque étaient des lanières de cuir.

Le musée de la marine contient des maquettes magnifiques, certaines de plus de 2 m, différents astrolabes et sextants (là c’est Bruno qui aurait été content), on peut même y voir des cabines royales d’un paquebot du XIX siècle, du coup Katell voulait la même cabine dans Appaloosa, là on va avoir du mal.

Le musée de la marine expose aussi : des galères grandeur nature, (on change d’échelle du coup) et les premiers hydravions. En effet l’hydravion a fait partie d’un des moyens de conquête, dont celui de l’Atlantique, que le Portugal a utilisé.

Le monastère des Hiéronymites (Mosteiro dos Jeronimos) se trouve aussi dans le quartier de Belém, il est classé au patrimoine mondial de l’Unesco, c’est une construction gothique impressionnante, commanditée par le roi Manuel 1er. Un siècle de travaux fut nécessaire à sa construction et il échappât au tremblement de terre de 1755. C’est d’ailleurs impressionnant de s’imaginer que de ce tremblement de terre seuls quelques bâtiments ont survécu, dont le plus grand. Dans l’entrée du monastère, sont entreposés les tombeaux de Vasco de Gama et de Luis de Camoes.

En parallèle de toutes ces visites, la nouvelle annexe est arrivée, après un gonflage de celle ci, les gars se sont empressés de l’essayer en long et en large dans la marina, c’était à celui qui la piloterait le plus, bon, une annexe reste une annexe, c’est bien des gars tient !

On avitaille aussi, avec l’hypermarché « Continente » qui livre, en plus, il faut dire que nos ados mangent et pas qu’un peu, je ne sais pas ou ils le mettent.

Nous avons aussi été « visiter des shipchandlers », pour acheter du matériel pour Appaloosa.

On en a profité pour aller voir nos bossoirs en cours de fabrication, ils avancent, et devraient pouvoir être poser mardi 2 octobre, et là après, zou, direction Madère !

Car Appaloosa a les coques qui lui démangent, Lisbonne, c’est sympa, mais on voudrait tourner la page et reprendre le cours du voyage. Pourtant la ville est magnifique et nous n’en avons vu qu’une petite partie. Il faut dire aussi que le retour en France nous a cassé le rythme, on avait eu du mal à se mettre dedans, à prendre nos marques, donc maintenant, nous avons hâte de reprendre la mer, pour retrouver les sensations et le rythme des navigations, les quarts de nuit (quoique là bof), mais surtout retrouver « nos » dauphins.

La navigation sur Porto Santo , petite île avant Madère, ou nous ferons escale une semaine, devrait durer 4 à 5 jours, donc la plus longue navigation que notre équipage familiale a eu depuis le début . Il va falloir se ré amariner, enfin bon, sauf le capitaine, il est tombé dedans quand il était petit, comme Obélix.

La météo prévue est bonne jusqu’à maintenant mais bizarrement plus la date du départ approche, plus le vent commence à virer face à nous, décidément, le vent ne veut pas coopérer. Nous verrons bien au moment du départ .

Ensuite, nous entrons dans le monde des îles, des îles vertes, florissantes et tropicales , avec une température ne descendant pas en dessous de 23°C, et aussi la possibilité de se baigner au mouillage dans une eau presque chaude .

Bref, nous avons hâte d’y être.

Les photos ici

Dernière modification le Mardi, 13 Août 2013 17:35
Administrator

Webmaster

Laissez un commentaire